Exposition

Wuthering Black Holes – Ariane MAUGERY

Installation sonore vidéographique et dessinée (dessins à l’encre de Chine)

Cette exposition intègre le parcours d’exposition « Des retours d’odyssées » du Musée muséum départemental des Hautes-Alpes.

L’événement en images

1/1

Ancré initialement au Musée muséum départemental des Hautes-Alpes à Gap, Wuthering Black Holes consiste en un ensemble à dimensions variables mêlant des textures sonores vidéographiques et dessinées pour un espace immersif et percussif qui met le spectateur en situation de résonance dans une spatialité tonale.   Dans cette première version de l’installation, deux projections vidéographiques, l’une sur […]

Ancré initialement au Musée muséum départemental des Hautes-Alpes à Gap, Wuthering Black Holes consiste en un ensemble à dimensions variables mêlant des textures sonores vidéographiques et dessinées pour un espace immersif et percussif qui met le spectateur en situation de résonance dans une spatialité tonale.

 

Dans cette première version de l’installation, deux projections vidéographiques, l’une sur un support de dolmen alpin, l’autre débordant un dessin à l’encre de Chine et encres colorées sur papier, sont présentées en relation avec des dessins de circonvolutions graphiques et divers éléments dont une photographie sur dibond en aluminium brossé intégrée dans le mobilier gapençais du musée muséum. Ces stratifications dessinées mettent en tension la perception du regardeur qui alterne entre les dimensions microscopiques d’une part, à travers de multiples embranchements et rencontres générés par le geste répété sur le papier et des dimensions macroscopiques d’autre part, suscitant dans le même mouvement un regard cartographique.

 

La vidéo immersive projetée sur la pierre est mise en résonance avec une autre texture vidéo d’une durée de 11 minutes composée de murmures d’oiseaux filmés et également trouvés sur internet, superposés et remixés, liés à des plans de percussions dessinés sur plaque métallique et sur support papier. La matérialité du dessin joue ici avec les ombres luminescentes d’une multitude de corps en mouvement et réalise une « voluminosité », une profondeur singulière dans laquelle le visiteur est invité à s’immerger.

Présenté dans le musée pour l’exposition Instantanés, qui constitue une continuité d’Imminentes Evasions (octobre 2019 – avril 2020) et conçu par la directrice du Musée muséum départemental à Gap, Frédérique Verlinden et l’artiste très regretté Michel Barjol qui avait fondé la galerie Martagon à Malaucène et présent en pensée avec nous sur ce projet, ce sas immersif intègre également dans un mobilier alpin du début du vingtième siècle, deux fresques roulées sur les deux extrémités de papier calque semi-opaque posé sur la table et de papier cristal transparent recouvrant un miroir.

L’œuvre des Résonances Magnétiques, sortes de tracés instantanés de lignes d’aire graphiques et rythmiques reliées aux modules colorés dans les dessins, apparaissent comme des relevés géographiques successifs et non linéaires proches d’électrocardiogrammes ou d’électroencéphalogrammes graphiques.

Ils retranscrivent à la fois un état du corps en prise directe avec l’ici-et-maintenant immédiat, en relation avec ce qui l’entoure mais aussi dans sa façon de résonner, de vibrer dans diverses ambiances, de multiples atmosphères qui le façonnent instantanément.

Haut de page