du vendredi 29 mars 2019 au vendredi 26 avril 2019
Vernissage vendredi 29 mars 2019

à 18h30

Cabinet pique-nique, femmes artistes


Olga Adorno _ Yayoî Castellas _ Catherine Cattaneo _ Caroline Challan – Belval _ Elena Ferrer _ Jacqueline Gainon _ Alexandra Guillot_ Yoko Gunji _ Corina Kieffer _ Jeanne Leguif _Louise Luc Kheloui _ Stéphanie Marin _Evelyne Noviant _ Jacky Monnier _ Marinella Senatore _ Franka Séverin _ Simone Simon _Anna Tomaszewski

Une proposition de Jean Dupuy & la Maison Abandonnée

 

MARINELLA SENATORE _ NUATRI SJAMO FIMMINI SJAMO FORTI (WE ARE WOMEN WE ARE STRONG) _ 2018 _ Banners 40 x 40 cm _
Installation view at MANIFESTA 12, Palermo _ Courtesy the artist and Laveronica arte contemporanea, Modica, Italy

 

Si on demande à Jean Dupuy pourquoi ce choix d’une exposition avec uniquement des femmes artistes, il vous répond : « #balance ton porc ».

Le mouvement et l’homme – Harvey Weinstein – l’ont frappé par l’abjection de la chose et l’ignominie de l’homme incriminé.

Pourtant, ne vous y trompez pas : aucune revendication féministe dans cette exposition. Juste comme une nécessité soudaine, impérieuse, de porter toute notre attention à la parole et au travail artistique des femmes.

Jean a mis une année à trouver le lieu idéal. De l’atelier Matisse, en passant par des galeries ou encore des musées, il a fini par dénicher la Maison Abandonnée. À priori, elle s’y prête parfaitement : un lieu intime, composé de chambres, de salons, d’un boudoir, offrant espaces confinés et grandes ouvertures. Des angelots sur les plafonds, moulés sur les murs, des vases, des tapisseries millefiori dans les chambres. Une maison bourgeoise du début du XX° siècle. On s’attendrait à voir surgir de la cuisine la maitresse de maison vous invitant à faire le tour du propriétaire.

Détrompez-vous, l’ambiance y est tout autre. Des tags, des traces des anciennes expositions et aussi du passage du temps, ajoutent au décorum déjà chargé et l’encanaille, sans rien ôter à son lustre.

Alors aujourd’hui, point de maitresse de maison, mais une vingtaine de femmes artistes qui investissent le lieu. Toutes générations confondues, les pratiques artistiques se mêlent et vont de l’écriture à la performance, sans oublier la vidéo ou encore la peinture ou la photo. L’idée n’est pas d’imposer un thème et encore moins de répondre à certaines exigences créatives mais bien de se retrouver, une fois n’est pas coutume, entre femmes, osons le dire, et le revendiquer haut et fort.

Alors Cabinet Pique-Nique, une réponse à « #balance ton porc » ? Que nenni, tout bonnement le prétexte qui a servi à célébrer des femmes artistes.