Exposition

Bodily Abstractions / Fragmented Anatomies

L’événement en images

1/4

Sous le commissariat d’exposition de Tanya Barson, l’exposition ‘Abstractions Corporelles / Anatomies Fragmentées’ réunit une sélection d’artistes interrogeant le corps et l’anatomie dans toute leur complexité, à travers le prisme de différents degrés d’abstraction ou de fragmentation.

Sous le commissariat d’exposition de Tanya Barson, anciennement conservatrice à la Tate Modern, l’exposition ‘Abstractions Corporelles / Anatomies Fragmentées’ réunit chez Hauser & Wirth Monaco une sélection d’artistes interrogeant le corps et l’anatomie dans toute leur complexité, à travers le prisme de différents degrés d’abstraction ou de fragmentation. Dans leur pratique, ces créatrices bouleversent à la fois la représentation traditionnelle du corps dans l’histoire de l’art, ainsi que les conventions entourant la notion de fragment (classique ou moderne). Tout en mettant en exergue le travail d’artistes femmes, l’exposition présente des œuvres phares qui questionnent les stéréotypes du genre, et les catégories binaires ou cis-genres, pour démontrer une indéniable fluidité souvent exprimée à travers une grande variation de formes corporelles. L’exposition traite ainsi de front le renouvellement de multiples caractères auparavant définis par le genre – force, sexualité, fragilité, mais aussi maladie, amour, violence, tendresse et sociabilité.

En partie inspirée de l’essai de Linda Nochlin ‘The Body in Pieces: The Fragment as a Metaphor of Modernity’ (1994), l’exposition examine cet ensemble de concepts au travers des œuvres de grandes artistes phares des XXe et XXIe siècles, comme Louise Bourgeois, Berlinde de Bruyckere, Ellen Gallagher, Eva Hesse, Lee Lozano, Anna Maria Maiolino, Christina Quarles, Cindy Sherman, Pipilotti Rist et Alina Szapocznikow. Comme l’écrit Linda Nochlin à propos du travail de Louise Bourgeois et de Cindy Sherman notamment, « le corps postmoderne, du point de vue de ces artistes et de bien d’autres, est conçu uniquement comme le « corps en pièces » : la notion-même d’un sujet unifié, sans ambiguïté de genre, revêt un caractère suspect dans leur travail. »

‘Abstractions Corporelles / Anatomies Fragmentées’ explore ainsi une variété d’approches et de techniques artistiques, parmi lesquelles l’abstraction, la fragmentation, le cropping, la juxtaposition, la mutation et la mutilation. Les œuvres présentées renversent ainsi la fétichisation du corps féminin traditionnellement genré, ou sa réduction à des parties sexualisées et à de simples apparences, en la remplaçant par des expérimentations centrées sur le féminin ou le non-binaire, la manifestation extérieure du sentiment intérieur, des états psychologiques profonds, et del’intelligence.

Légendes et crédits :

Pipilotti Rist, Nives, la petite-fille illuminée (noir blanc) «<Nives, die erleuchtete Enkelin (schwarz weiss)> (Familie Elektrobranche), 2020 © Pipilotti Rist Photo: Atelier Rist

Eva Hesse, No title, 1960 © The Estate of Eva Hesse

Berlinde De Bruyckere, Sjemkel III, 2020 © Berlinde De Bruyckere Photo: Mirjam Devriendt

Maria Lassnig, Selbstportrait als Einäugige (Self Portrait as One Eyed), 1997, Ursula Hauser Collection, Switzerland © Maria Lassnig Foundation

Lee Lozano, No title, 1962, © The Estate of Lee Lozano Photo: Stefan Altenburger

Haut de page