Fluctus substantia

Une exposition d'Horia Cosmin Samoïla

Pictures of the event

1/2

« Il faut en finir avec la notion d’art et science, la science a toujours fait partie de l’art. »

« Fluctus substantia »

Une exposition d’Horia Cosmin Samoïla

Du 1er au 30 juin 2021

Horia Cosmin Samoïla travaille avec les ondes. Il a créé en 2003 le Ghostlab, « un laboratoire autonome de recherche et d’expérimentation, basé sur l’exploration des paysages électromagnétiques et des limites cognitives ». Cette exposition fait suite à la résidence de l’artiste à la Villa les Vallières, à Clans, à l’été 2020. Elle sera augmentée d’une diffusion en flux continu sur l’AEradio.

ghostlab.org

« Il y a une recherche qui m’a beaucoup porté dans mon travail depuis la Villa Arson, c’est une sorte de quête alchimique. L’alchimie est accompagnée de nombreux paradigmes qui vont impliquer des rapports différents au réel. A la fois le rapport quantique d’observation, et de transformation de l’objet observé, à la fois le rapport de la transformation de l’opérateur – et ça c’est aussi le cas de l’art, l’art permet de transformer la matière, mais l’artiste va aussi être transformé à travers ce qu’il fait. Là on est dans un paradigme qui appartient à cette manière de pensée ancienne, qui englobait la recherche « scientifique » dans quelque chose de bien plus global. […] Il faut en finir avec la notion d’art et science, la science a toujours fait partie de l’art. L’esprit scientifique accompagne l’expression artistique depuis l’origine. Beaucoup d’artistes et scientifiques n’ont pas fait la séparation entre les deux. »

Extrait d’un entretien de l’artiste avec Léa Dreyer, août 2020

Scroll up