« 021089 »

Une exposition de Lars Fredrikson

« Je ne suis pas encore sûr de comment on écoute un son : debout, couché, assis, en partant, en arrivant, en se déplaçant… »

Lars Fredrikson

Lars Fredrikson (1926-1997), est un artiste pluridisciplinaire, pionnier des pratiques sonores plastiques. Après avoir été officier radio dans la marine marchande, il s’installe dans le sud de la France au début des années 1960. Il défend dès les années 1970 l’idée d’un « espace plastique », que la matière-son et les structures de l’invisible qu’elle compose révèlent et façonnent. Peintre et sculpteur sonore, il ouvre quelques années plus tard le premier studio son dédié aux pratiques sonores plastiques, à la Villa Arson, à Nice. S’attachant aux flux énergétiques telluriques, sidéraux ou intérieurs, aux rythmes corporels mais aussi au langage, il en redéfinit les potentiels plastiques pour interroger les notions d’espace, de vide, et leurs liens avec les lois cosmiques.

« Le son produit par un promeneur sur du sucre cristal »

De 1982 à 1993, la galerie lyonnaise L’Ollave invite à de nombreuses reprises Lars Fredrikson. Elle fait partie des rares institutions qui ont compris, de son vivant, le choix radical de l’artiste de ne « montrer que du son ». L’amitié qui lie le poète, éditeur et galeriste de L’Ollave Jean de Breyne et Lars Fredrikson, dès le début des années 1980, a aussi donné naissance à plusieurs collaborations – poésie sonore, éditions.

En 1989, L’Ollave accueille une exposition personnelle de Lars Fredrikson. Sur trois niveaux se succèdent « un grand dessin au mur, dessiné au couteau (silence et bruit étouffé de la ville), un twitter aigu à une fréquence, deux twitter à deux fréquences ; le son produit par le promeneur sur du sucre de cristal. »

Du 30 octobre au 28 novembre, l’Espace Rossetti propose de revivre cette œuvre sonore de Lars Fredrikson, figure incontournable de l’expérimentation sonore sur la Côte d’Azur. Unique en son genre dans le parcours de l’artiste, elle donnera à comprendre l’importance du mouvement, de la trajectoire du corps, et de la posture de l’écoute, qui ont façonné son approche de la matière son. Sur place, plusieurs documents inédits jetteront un nouvel éclairage sur l’œuvre de l’artiste.

Pendant toute la durée de l’exposition, l’Atelier Expérimental organisera plusieurs séances d’écoutes à l’Espace Rossetti, ainsi que des diffusions d’œuvres et de documents sur l’AEradio (aeradio.fr).

Lars Fredrikson et Jean de Breyne, à Lyon, c. 1983. (courtesy association Lars Fredrikson – Estate)
Scroll up