Implano de Arisana – Installation vidéo, HD couleur, son, 17 min. Coll. FRAC Centre-Val de Loire © ADAGP Halida Boughriet, 2019 – Courtesy the artist

Exposition

Implano de Arisana, Halida Boughriet

Dans le cadre du Festival OVNI en ville - Commissariat Mathilde Roman, Scénographie Marc Barani, Réalisation Collectif Non Surtaxé.

Implano de Arisana – Installation vidéo, HD couleur, son, 17 min. Coll. FRAC Centre-Val de Loire © ADAGP Halida Boughriet, 2019 – Courtesy the artist

Le cours du fleuve Paillon traverse la ville de Nice et relie les quartiers périphériques au centre, conduisant naturellement du site du 109 au quartier nord de l’Ariane. En 2017, l’artiste Halida Boughriet a rencontré ce territoire et son histoire à travers le regard et le récit de six habitantes. Dans une approche sensible des […]

Le cours du fleuve Paillon traverse la ville de Nice et relie les quartiers périphériques au centre, conduisant naturellement du site du 109 au quartier nord de l’Ariane.

En 2017, l’artiste Halida Boughriet a rencontré ce territoire et son histoire à travers le regard et le récit de six habitantes.
Dans une approche sensible des abords du Paillon et de l’urbanisme de l’Ariane, Halida Boughriet a révélé la poésie des lieux sans nier les fissures sociales qui les traversent.

Elle a mis en place un protocole associant mise en scène et immersion documentaire, accompagnée dans sa découverte des lieux par des associations locales, «Le Village» et par le regard individuel de six femmes. Elle les a filmées dans des situations communes tout en récoltant des bribes de leurs vies individuelles : des récits, un poème ou un morceau de piano.

Projetée dans un dispositif hexagonal ouvert, conçu par l’architecte Marc Barani, installé dans la Grande halle du 109, l’œuvre met en résonance différents visages de Nice, accueille l’ailleurs d’un quartier stigmatisé et invite à le regarder différemment.

Installation vidéo, HD couleur, son, 17 min.
Coll. FRAC Centre-Val de Loire © ADAGP Halida Boughriet, 2019 – Courtesy the artist

 

ET AUSSI dans la Grande Halle : 

CONTRE NATURE de Jérémy Griffaud, 8mn, 2021
Une proposition OVNI
Contre-Nature de Jérémy Griffaud présente un paysage forestier imaginaire aux formes hybrides composé d’une succession d’aquarelles numérisées et animées. La faune et la flore arborent des artifices humains liés tantôt à L’apparence – tatouages, cuirs, pendentifs – ou à la guerre – armes, véhicules tactiques – comme pour se préparer à se défendre d’un danger imminent. Ces formes renvoient au lien indissoluble qui les rattache à l’homme et au risque commun auquel ils seront bientôt confrontés.

LES FEUILLES DE L’ARBRE QUI N’EXISTE PAS de Florian Schönerstedt, en boucle, 2017
Une proposition OVNI
L’humanité cachée est révélée dans cette oeuvre réalisée avec le scientifique Romain Trachel. Tel Sisyphe, l’artiste s’est contraint depuis quatre années à la réalisation d’un travail de recensement colossal de feuilles d’arbres de différentes espèces suivant un protocole précis : chacune est minutieusement séchée, classée, photographiée et répertoriée. Cette base de données alimente régulièrement une IA (Intelligence Artificielle) capable de reconnaître l’individualité de chaque feuille et d’en générer de nouvelles à son tour. Au fur et à mesure que la quantité de données augmente, l’IA crée des formes plus élaborées, jusqu’à donner naissance à des chimères.

Haut de page