© Yuki Onodera. Détail de la série « Darkside of the Moon », 2021. Tirage gélatino-argentique, dripping, collage sur toile.

Conférence, Exposition

Des braves types, au pauvre type

Conférence du photographe Patrick Bailly-Maître-Grand

© Yuki Onodera. Détail de la série « Darkside of the Moon », 2021. Tirage gélatino-argentique, dripping, collage sur toile.

Mercredi 27.04.22 à 18h30 à Mougins – Entrée libre

L’événement en images

1/4
  • © Tous droits résérvés. Article du journal DNA sur l'artiste Patrick Bailly-Maître-Grand, 2022.

    © Tous droits résérvés. Article du journal DNA sur l'artiste Patrick Bailly-Maître-Grand, 2022.

  • © Communication Ville de Mougins, 2022. L'artiste Yuki Onodera présente la série « Darkside of the Moon » au vernissage de l'exposition « La clairvoyance du hasard ».

    © Communication Ville de Mougins, 2022. L'artiste Yuki Onodera présente la série « Darkside of the Moon » au vernissage de l'exposition « La clairvoyance du hasard ».

  • © Communication Ville de Mougins, 2022. Hall de l'exposition « La clairvoyance du hasard ». Graphisme par Lepetitdidier.

    © Communication Ville de Mougins, 2022. Hall de l'exposition « La clairvoyance du hasard ». Graphisme par Lepetitdidier.

  • © Yuki Onodera. Détail de la série « Darkside of the Moon », 2021. Tirage gélatino-argentique, dripping, collage sur toile.

    © Yuki Onodera. Détail de la série « Darkside of the Moon », 2021. Tirage gélatino-argentique, dripping, collage sur toile.

Une conférence de l’artiste Patrick Bailly-Maître-Grand, véritable alchimiste de l’analogique.

 « Des braves types, au pauvre type. » : une conférence de Patrick Bailly-Maître-Grand.

Mercredi 27.04.22 à 18h30 à Mougins. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

À l’heure où l’image photographique est maintenant pilotée par des pixels, il est désolant de constater que cette merveille de technologie ne peut (hors écrans), apparaitre physiquement qu’en utilisant une très restrictive et exclusive imprimante, avec ses misérables crachouillis de points d’encre à l’aniline …
On oublie que la défunte photographie argentique regorgeait d’une quantité de procédés différents tels l’ambrotype, le daguerréotype, le cyanotype, le Kalotype, le ferrotype, le platinotype (et des centaines d’autres « types » encore), qui donnaient à l’artiste un éventail énorme de possibilités de montrer son image à travers un aspect physique très particulier et parfaitement en adéquation avec le sens de celle-ci.
Qu’elle semble loin la photographie « objet » avec ses multiples peaux possibles, en opposition à une mathématique icône numérique, tritouillable à l’infini comme un Rubik’s cube, mais qui ne peut, finalement, apparaitre que via un très pauvre et unique… jetd’encrotype !

Patrick Bailly-Maître-Grand.

L’invité : un sacré type !

Né le 1er février 1945 à Paris. Après des études scientifiques (diplomé Maître es Sciences Physiques en 1969) et dix années consacrées à la peinture, Patrick Bailly-Maître-Grand travaille avec les outils photographiques depuis 1980. Ses œuvres, strictement analogiques, argentiques noir & blanc, se caractérisent par un imaginaire ludique, associé à un goût pour les technologies complexes telles que le Daguerréotype, la périphotographie, la strobophotographie,  les virages chimiques, les monotypes directs, les rayogrammes et d’autres inventions de son cru. Fuyant la notion de la perspective, ses images, bien que très sophistiquées pour leur élaboration, ont la simplification de proverbes visuels, épurés comme des haïkus.

Patrick Bailly-Maître-Grand a exposé dans le monde entier et ses œuvres sont dans les collections de musées prestigieux tels que le MoMa de New York, le Centre Pompidou de Paris, le Fond National d’Art Contemporain, le Musée Nicéphore Nièpce,  le Victoria Museum de Melbourne, le Sainsbury Center de Norwich (GB), le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg qui lui à consacré une grande rétrospective en 2014, le Museet for Fotokunst d’Odense, etc.

L’exposition « La clairvoyance du hasard »

L’accès à l’événement vous donne également l’opportunité de voir l’exposition « La clairvoyance du hasard ». C’est l’occasion de découvrir l’installation immersive de l’artiste chinois Li Lang ainsi que les travaux les plus récents de la photographe japonaise Yuki Onodera.

Plus d’infos : +33 (0)4 22 21 52 12

www.centrephotographiemougins.com

Haut de page