Exposition

à terre – Baptiste Croze et Linda Sanchez

Visites réservées aux professionnels ; sur rdv les mardis, jeudis et vendredis de 14h à 17h30 (réservation sur starter@lastation.org)

à terre – Baptiste Croze et Linda Sanchez

Résidente temporaire de La Station en 2019, Linda Sanchez a choisi d’inviter Baptiste Croze pour réaliser à quatre mains l’exposition « à terre »

« L’exposition « à terre » regroupe un ensemble d’œuvres et de projets en cours et inédits, que nous sommes heureux de présenter à la Station. Elle découle et répond en même temps à la manière dont nous éprouvons le présent, avec mais aussi au-delà de la situation actuelle. Une perte de sens, un désastre en silence, le sentiment d’un temps qui s’absente…
« roulé-boulé », « Les Gabarits », les « pieds coupés », « zip », « Les Formes Données », « l’or gris » tiennent ensemble un corpus qui énonce et relate autant de notions, allant :
des figures de la chute à la glissade, de la bascule à la perte
de la séquence à la série, de la sérialité à la répétition
de la circularité à la ronde, de l’arc au cercle à la sphère
des écarts aux rapprochements, des imbrications aux entrelacements
de la bordure à la limite, de la surface physique, géographique, conceptuelle…
de la déformation à la transfiguration
de l’empirisme et du sensible à la géométrie, du hasard à la partition, d’une constance à sa variable
du champ au hors-champ
du sol au socle, de la terre au terrestre. »

B.Croze & L.Sanchez

Vivant et travaillant à Marseille, les deux artistes collaborent depuis plusieurs années autour de gestes de sculpture, de dessins, d’images et de vidéos. Leur travail fut montré lors de plusieurs expositions depuis 2017, notamment « les écarts serrés » à la galerie Papillon à Paris en 2018. L’œuvre « les sourdines » fait l’objet d’une acquisition CNAP en 2019, et d’une publication dans la revue The Drawer Vol.15. En 2020, ils signent les expositions « Ce qui s’étend jusqu’au bord » au centre culturel Una Volta à Bastia, et « les aléas » à la Chapelle des Jésuites à Nîmes (invitation ESBAN). En parallèle, ils écrivent et coordonnent ensemble depuis 2015 plusieurs projets pédagogiques qui prennent la forme de collaborations scientifiques et artistiques. Notamment le projet « Réemploi, comment la ville réfléchit à ses origines » à Lyon (Musée des moulages/ Maison de l’Orient et de la Méditerranée / Service archéologique de la ville de Lyon/ Ecoles d’arts de Lyon, Annecy, Grenoble). Le projet « roulé boulé » présenté, ici et maintenant, à la Station est le début d’un projet de recherche ; une itinérance sur le contour du littoral méditerranéen, qui associera des marches collectives, des rencontres, des récits et des expositions.

[Réalisée dans le cadre du programme des résidences temporaires de La Station (en collaboration avec la DRAC PACA), cette exposition ne sera ouverte au public que si les conditions sanitaires le permettent. Nous tenions cependant à la réaliser de manière à permettre aux artistes de bénéficier d’une production, d’expérimenter un exercice de monstration et de documenter leur processus de travail dans des conditions optimales.]

Haut de page