Newsletter
© Stephen Shames, Kathleen Cleaver au rassemblement Free Huey, 1968

Exhibition, Visite

Stephen Shames : Comrade Sisters / les Panthères noires

Commissariat : François Cheval et Yasmine Chemali
Exposition du 28.06 au 06.10.2024
Vernissage le 27.06.2024
19h

Horaires d’ouverture de l’exposition :
Avril à septembre
Ouvert de 11h à 19h / Fermé les mardis
Octobre à mars
Ouvert 13 h à 18 h / Fermé les lundis et mardis

© Stephen Shames, Kathleen Cleaver au rassemblement Free Huey, 1968

Pictures of the event

1/3
  • © Stephen Shames_
1972_Palo Alto_Californie

    © Stephen Shames_ 1972_Palo Alto_Californie

  • © Stephen Shames_Free Clothing Program_1970_Toledo_Ohio.

    © Stephen Shames_Free Clothing Program_1970_Toledo_Ohio.

  • Stephen-Shames-Kathleen-Cleaver-au-rassemblement-Free-Huey-

    Stephen-Shames-Kathleen-Cleaver-au-rassemblement-Free-Huey-

Cette exposition, comme le souligne Angela Davis « nous rappelle que les femmes étaient littéralement au cœur de cette nouvelle approche politique de la liberté des Noirs. »

À propos de l’exposition 

Stephen Shames a 20 ans lorsqu’étudiant à Berkeley, il rentre en contact avec les prémices de ce que sera le Black Panther Party. Dès lors, il accompagne l’histoire de ce mouvement d’émancipation noir américain jusqu’à sa dissolution. Bénéficiant de l’amitié des principaux dirigeants, en particulier Bobby Seale et Huey Newton, le photographe, en toute liberté, va pouvoir rendre compte d’une organisation politique complète. Un aspect peu connu du Black Panther Party, que ces photographies mettent en lumière, est la place occupée par les militantes à l’intérieur de l’organisation. Les femmes, dont certaines vont acquérir une certaine notoriété (Gloria Abernathy, Evon Carter, Kathleen Cleaver, Angela Davis, Ericka Huggins, Adrienne Humphrey) sont en première ligne et de tous les combats, ce qui octroie une couleur originale à cette histoire, lui donne une tonalité particulière.

Cette exposition fait partie de la programmation des Rencontres d’Arles dans le cadre du Grand Arles Express.

Stephen Shames 

Né en 1947 à Cambridge (Massachusetts, États-Unis), Stephen Shames devient le photographe privilégié et principal chroniqueur du BPP pendant sept ans, entre 1967 et 1973. Se sentant plus activiste que militant, il décide de faire de la photographie une forme d’engagement politique, et du combat des Black Panthers, sa première bataille.

Stephen Shames photographie la vie dans les rues du Bronx, particulièrement la jeunesse (« Bronx Boys », 1970-1980). Le photojournaliste est connu pour son œuvre documentaire et engagée ; il s’est intéressé aux questions de misère sociale, de pauvreté. En ses propres termes, son approche consiste à « donner une voix à ceux à qui elle est refusée », sans mise en scène, ni recours au pathos. En particulier, il aborde la pauvreté infantile et les questions raciales ou carcérales pour attirer l’attention sur les problèmes sociaux aux États-Unis. Stephen Shames a reçu de nombreux prix pour son travail, et ses tirages figurent dans les plus grandes collections publiques : Museum of Modern Art (MoMA, New York), Metropolitan Museum (New York) et la Smithsonian National Portrait Gallery (Washington, DC) entre autres.