du vendredi 13 septembre 2019 au dimanche 27 octobre 2019

Une collection peut en cacher une autre – Villa Sauber


Restitution de la résidence de l’artiste Oriol Vilanova en milieu scolaire menée en partenariat avec la Direction de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports et avec le soutien du Gouvernement Princier.

Oriol Vilanova, Share your life with an image (detail), 2019 courtesy de l’artiste

 

En 2019, le Nouveau Musée National de Monaco a initié une résidence d’artiste dans les deux collèges de la Principauté, Charles III et François d’Assise-Nicolas Barré. Les élèves ont été invités à réfléchir sur ce que collectionner signifie et comment cela peut s’articuler dans une pratique artistique. Oriol Vilanova est intervenu entre janvier et juin dans deux classes de 4ème en option Arts Plastiques.

Les élèves ont dans un premier temps photographié et présenté leurs collections. Pièces de monnaie, timbres mais aussi cartes à jouer ou encore livres, jouets ou objets souvenirs.

Ils ont ensuite été invités à composer une nouvelle collection personnelle, imaginaire cette fois, glanant les objets à travers leurs représentations digitales. Chaque rencontre a également été l’occasion de les sensibiliser aux notions d’inventaire, de conservation, de marché, liées à la pratique de la collection amateur ou professionnelle.

De cette expérience sont issues trois œuvres :

  • La Collection Invisible, lecture à voix multiples de la nouvelle de Stefan Zweig dans laquelle le discours passe d’un élève à l’autre, comme une collection de voix, de tonalités, de rythmes. Une allégorie de la figure du collectionneur.
  • Share your life with an image, ensemble d’anciennes cartes postales du Musée que l’artiste a proposé aux élèves de transporter dans leurs vestes, cartables ou cahiers pendant plusieurs mois, accélérant le processus d’usure de l’image et de son support parfois jusqu’à sa disparition totale.
  • Enfin Old Masters est une invitation à la manipulation d’images contenues dans un bleu de travail. La veste que porte l’artiste lorsqu’il chine contient ici sa collection de cartes postales de Matisse et propose aux visiteurs de consulter les reproductions d’œuvres d’un artiste majeur, une occasion supplémentaire de questionner notre rapport aux œuvres et à leurs reproductions.

La résidence d’Oriol Vilanova à Monaco aura également permis la rencontre de l’artiste avec d’autres collectionneurs. I LOVE POSTCARDS, œuvre présente sur la façade de la Villa Sauber a été produite à l’occasion des 40 ans de l’association des cartophiles de Monaco.

La performance Borrowed Words, une déclaration d’amour d’un collectionneur à sa collection, aura été interprétée par Fabrizio Moretti en avril dernier puis par Patrizia Sandretto Re Rebaudengo le 19 septembre.

La pratique artistique d’Oriol Vilanova (né en 1980, vit et travaille à Bruxelles) interroge les paradoxes inhérents à la culture de masse, une obsession qui l’a poussé à collectionner les nombreuses cartes postales qu’il chine dans les marchés aux puces. Il s’intéresse également au « devenir monument » de certains personnages, icônes et idées qui, le XXe siècle désormais derrière nous, paraissent aussi monstrueux que comiques. Son approche conceptuelle prend la forme d’écrits basés sur la répétition et l’exagération, d’installations minimales ou de performances. Elle revêt néanmoins toujours une dimension littéraire et romanesque, s’emparant de thèmes tels que l’immortalité, les relations entre temps, mémoire histoire ou héroïsme.

Les élèves du Collège Charles III et de l’Institution François d’Assise-Nicolas Barré ayant participé au projet sont: Clément Chalat, Antoine Maouche, Manon Matilde, Elia Parfenoff, Thomas Rawung, Nicolas Schoepff, Rania Tabarani, Mattéo Tallarico, Theo Balsamo, Fanny Blanchard, Erwan Campana, Lilou Charriere, Manon Choisit, Alexandre Constans, Shaylee Dana, Corentin Doumergue, Audrey Gsegner, Ethan Harroch, Edouard Jouhri, Ambroise Leroy, Jorys Margossian, Aurore Pronzato, Noham Saidi. Ils ont été encadrés par leurs enseignantes Agathe Poniatowski Vigliani et Patricia Derycke.

La pièce sonore La Collection Invisible sera également présentée le dimanche 29 septembre au Théâtre Princesse Grace à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine.