Se empeñaban en tapar las grietas, pero las paredes seguían sudando

Exposition

Se empeñaban en tapar las grietas, pero las paredes seguían sudando

Exposition de Sol Calero

Se empeñaban en tapar las grietas, pero las paredes seguían sudando
1/9
  • © François Fernandez

    © François Fernandez

  • © François Fernandez

    © François Fernandez

  • © François Fernandez

    © François Fernandez

  • © François Fernandez

    © François Fernandez

  • © François Fernandez

    © François Fernandez

  • © François Fernandez

    © François Fernandez

  • © François Fernandez

    © François Fernandez

  • © François Fernandez

    © François Fernandez

“Ils ont insisté pour couvrir les fissures, mais les murs transpiraient toujours”

Sol Calero est née et a grandi au Vénézuela jusqu’à l’âge de 17 ans. Ses peintures aux motifs végétaux mêlés à des architectures vernaculaires qui produisent un aspect festif et lumineux propres à l’iconographie tropicale se revendiquent de ses origines et de sa culture sud-américaine. Elles sont souvent conçues comme des mémoires plus ou moins précises de ses souvenirs d’enfance, s’appuyant sur des archives personnelles ou familiales. Toutefois, fortement marquée par les peintures (d’ex-voto notamment) réalisées au Pérou par les peuples indigènes (entres autres descendants Incas) suite à la conquête espagnole entre les XVIe et XVIIIe siècles (ce qu’on appelle La Escuela Cuzqueña), son œuvre ne peut pas se résumer à un cliché territorial, uniquement coloré. Un continent ne peut pas être contenu dans une carte postale. Elle exprime une conception de l’art totalement syncrétique, au croisement de plusieurs cultures, identités et expériences. C’est ainsi que sa peinture peut aussi être perçue par un regard occidental, notamment par le prisme de Matisse qui en son temps fut l’un des premiers européens à libérer la couleur de ses codes et juxtapositions stéréotypés.

Au-delà de la peinture et de ses éternelles références, la singularité du travail de Sol Calero est aussi de s’immerger totalement dans les lieux et contextes dans lesquels elle travaille. À la Villa Arson, son projet s’est élaboré au cours de sa résidence alors que des pluies quasi tropicales frappaient la région aux mois de novembre et décembre derniers (situation à laquelle le titre qu’elle a choisi pour cette exposition fait référence).
L’artiste a construit une sorte de pont afin de traverser, sans marcher dans une flaque d’eau, les espaces les plus frappés par les infiltrations. Elle a également détruit les cloisons rongées par l’humidité et se sert des gravats comme des matériaux pour sculptures. Elle joue aussi avec la lumière qui traverse les grandes fenêtres des galeries pour en capter les reflets qu’elle projette dans l’espace, tout comme elle duplique la couleur ocre-rouge du patio central du centre d’art pour la faire pénétrer à l’intérieur des salles d’exposition afin d’inclure l’extérieur à l’intérieur, végétation naturelle comprise.
Ses installations prennent souvent l’aspect d’espaces domestiques : salon d’appartement ou de coiffure, salle d’attente, agence de voyage, snack ou buvette, bureau de change, et même un bus reconstitué en bois peint comme récemment à la Tate de Liverpool. Après avoir remarqué que la bibliothèque de la Villa Arson possédait très peu de livres sur les arts d’Amérique du Sud, elle a donc commandé une trentaine d’ouvrages sur le sujet qu’elle réunit dans une petite bibliothèque accompagnée de deux canapés et d’un lit excentrique. Les livres iront ensuite dans la bibliothèque de l’établissement afin de diversifier ses références. L’artiste souhaite que cet espace de consultation soit occupé par les étudiant.e.s et le public tel un lieu de vie et de réflexion – une école dans l’école -, prolongeant ses processus d’immersion dans les lieux dans lesquels elle vit et travaille.

Cette exposition a été conçue lors d’une résidence de l’artiste dans le centre d’art entre novembre 2019 et février 2020.

Commissariat : Eric Mangion

Remerciements : Aude Levère, Rebeca Pérez Gerónimo, Bryce Delplanque, les galeries ChertLüdde (Berlin), Crèvecœur (Paris), Barbara Gross (Munich), les ateliers (notamment céramique) et équipes de la Villa Arson.

Sol Calero (née en 1982, Caracas, Vénézuela) vit et travaille à Berlin où elle co-dirige le project space Kinderhook & Caracas avec l’artiste Christopher Kline.
Elle a récemment réalisé des expositions personnelles à travers l’Europe : TATE Liverpool (2019) ; Chertlüdde, Berlin, (2019) ; Museum van Boijmans Beunigen, Rotterdam (2018) ; Brücke Museum, Berlin (2018) ; Galerie Crèvecoeur, Paris (2018) ; Düsseldorf Kunstverein (2018) ; Barbara Gross Galerie, Munich (2018) ; Kunsthalle Lissabon, Lisbonne, (2018). Elle a également  participé à des expositions collectives au Australian Centre for Contemporary Art, Melbourne (2019) ; Preis der Nationalgalerie, Hamburger Bahnhof, Berlin (2017) ; Casa Anacaona, Folkestone Triennial, Folkestone (2017).
Au cours de ces dernières années, Sol Calero a développé des installations entièrement immersives qui amènent son exploration picturale à un niveau spatial et contextuel. La peinture reste au cœur de sa pratique et ses investigations portent sur des formes d’art non canoniques, traditionnelles et populaires généralement exclues de l’histoire de l’art occidental. En regardant comment les cultures latino-américaines sont perçues et exportées, son travail s’impose au spectateur en même temps que les processus d’exotisme inhérents à l’imagerie et aux récits de cette autre culture. Ses peintures ou objets, ses motifs et formes végétales sont souvent associées à des éléments d’architecture revendiquant l’auto-construction comme moyen d’action sociale. Les mosaïques, les plastiques ondulés, les treillis et l’utilisation de la couleur font allusion à la capacité des individus et des communautés à s’adapter, à inventer une esthétique de survie tout en construisant leur propre identité.

solcalero.com


ChertLüdde (Berlin)


Crèvecœur (Paris)


Barbara Gross (Munich)

Rendez-vous / Point de vue sur les expositions
Tous les jours, sauf le mardi, à 15h, un·une méditeur·ice accompagne le public dans les expositions à la découverte des œuvres de son choix.
Ouvertes à tous les publics, sans réservation préalable et en accès libre, ces visites permettent au visiteurs d’appréhender les enjeux de chaque exposition.

Réseaux sociaux
@solcalero
@villaarsonnice

Haut de page