Emeli Theander, Crawling Back, 2017. Ink, Graphite and Oil Pastel on Paper, 42 x 29,7 cm

Exhibition

Emeli Theander & Eglé Vismanté

Baltic sea & more

Emeli Theander, Crawling Back, 2017. Ink, Graphite and Oil Pastel on Paper, 42 x 29,7 cm

Pictures of the event

1/2
  • Emeli Theander, Crawling Back, 2017. Ink, Graphite and Oil Pastel on Paper, 42 x 29,7 cm

    Emeli Theander, Crawling Back, 2017. Ink, Graphite and Oil Pastel on Paper, 42 x 29,7 cm

Emeli Theander et Eglé Vismanté : Baltic sea & more

Emeli Theander et Eglé Vismanté : Baltic sea & more

Eglé Vismanté a déjà connu les murs d’espace à vendre en 2019 lors de sa première exposition personnelle, et sera l’une des quatre artistes présentés à Drawing Now 2022 au Carreau du temple, Paris du 19 au 22 mai.

 

La démarche d’Eglé Vismanté, née en Lituanie et travaillant à Nice, s’inscrit dans une recherche de coïncidences entre son imagination et l’histoire, des faits scientifiques ou littéraires et personnels, afin de créer des micro-narrations en questionnant l’état du monde actuel. L’artiste travaille sur diverses formes de représentation : techniques, architecturales ou médicales. Ses dessins se caractérisent par la présence de pigments noirs, fusain ou graphite, qui forment ou déforment ses motifs, comme un corps nu plongeant dans un dédale de traits au fusain ou à la craie blanche ou une boule de filaments noire tombant une maison perdu au milieu d’un champ de pigment.


Espace à vendre avait déjà eu la chance de montrer les peintures d’Emeli Theander en 2018 alors qu’elle était invitée par Karine Rougier dans son exposition carte blanche : Les sables mouvants.


Les œuvres d’Emeli Theander, née en Suède et travaillant à Berlin, nous enveloppent dans un univers mystérieux fait de chimères, de formes humaines aux yeux multiples et d’entrelacs végétaux.

Au fil des années, la pratique du dessin d’Emeli s’est éclaircie, auparavant on pouvait apercevoir, entre les traits noirs de graphite, des figures humaines aux traits fantasmagoriques ou des monstres fantomatiques aux yeux vides, une composition faite de traits bruts avec des vagues noirs d’encre comme paysage. 

Sa pratique du dessin se situe toujours dans le soucis du détails, dans la finesse de ses feuilles d’acanthe ou dans les courbes délicates de ses personnages.

Le pastel a peu à peu pris sa place au sein du graphite, ses traits se sont adoucis, mais la fantasmorie, “l’art de faire parler les fantômes”, est restée. Des couleurs tendres se sont immiscés, des tons bleutés, couleur de ciel ou de mer, et des roses timides accompagnent ses créatures.

Emeli brise toutes les frontières séparant l’humain de l’animal, la vie de la mort et le rêve de la réalité.

Son univers est habité, par des chimères humaines qui se voient doter d’ailes, de crâne, de tête de serpent, pourtant bien que d’apparence monstrueuse, une apaisante harmonie transperce ses dessins.

Scroll up