Cabinet Utopique

En pleine période électorale, entre les deux tours, une trentaine d’artistes mais aussi des architectes, des écrivains, des scientifiques, un astronome…. investissent la maison et réfléchissent au thème de l’utopie.   La Maison Abandonnée [Villa Cameline] organise une exposition dont le thème est un Cabinet Utopique. L’utopie est essentiellement liée à la représentation d’une cité idéale […]

En pleine période électorale, entre les deux tours, une trentaine d’artistes mais aussi des architectes, des écrivains, des scientifiques, un astronome…. investissent la maison et réfléchissent au thème de l’utopie.

Cabinet Utopique © DR

 

La Maison Abandonnée [Villa Cameline] organise une exposition dont le thème est un Cabinet Utopique.

L’utopie est essentiellement liée à la représentation d’une cité idéale où l’urbanisme au service de l’humain, viserait la perfection. Créée en réaction à une société établie, la forme qu’elle prend est principalement liée à la pensée d’un système politique et à son organisation. L’utopie tend à déplacer les limites de l’establishment avec comme finalité la mise en place d’un monde parfait.

Dès le XIX°, les romantiques allemands parlent de Gesamtkunstwekt, projet d’œuvre d’art total qui unirait toutes les formes d’art à la vie et participerait ainsi au bien-être humain.

Les avant-gardes artistiques de la première moitié du XX° siècle, témoins de deux conflits mondiaux s’emparent du concept et remettent en cause la société et l’art institutionnel en réfléchissant à la possibilité d’une société plus juste. Ils sont convaincus que l’art doit participer à la création d’une nouvelle réalité sociale.

L’œuvre unique est remise en cause par la sérialité, la musique tonale contredit la mélodie, la production mécanique anéantit le geste créatif, l’art spirituel cède la place au jeu de la trivialité.

Rêve impossible, expérience mentale, futur à inventer ?

La Maison Abandonnée [Villa Cameline] propose de réfléchir à ce que signifie aujourd’hui encore l’utopie dans cette première moitié du XXI° siècle qui fait face à des bouleversements politiques économiques et sociales sans précédents.

Caroline BACH photographe (Nice) | Marc BARANI architecte (Nice) | BEN artiste (Nice) | Jean-Pierre BERTRAND photographe | Denis BRUN artiste (Marseille) | Gilles BOGAERT physicien CNRS et historien des sciences, chercheur dans l’équipe Virgo de l’Observatoire de la Côte d’Azur, sur la détection des trous noirs (Nice) | Claire DANTZER artiste (Marseille) | Maryline DESBIOLLES écrivain (Contes) | Lena DURR artiste (Toulon) | Julien EVEILLE architecte (Nice) | Anne & Patrick FAVRE MANEZ photographe (Nice) | Vincent GILLY architecte (Nice) | Pierre-Jean GILOUX photographe – vidéo |  Anthony GRIPON artiste (Sarlat) | Antoine LABEYRIE astronome français, professeur émérite au Collège de France (06) | Frédéric LEFEVER photographe (La Madeleine sous Montreuil, Pas de Calais) | Stéphanie MARIN designer (Nice) | Olivier MARRO journaliste écrivain (Nice) | Claire MAUGEAIS artiste (Paris) | Cécile MAINARDI écrivain (Nice) | Sophie MENUET artiste (la Seyne-sur-Mer) | Marie-Eve MESTRE artiste (Nice) | Jean-Christophe NOURISSON artiste | Gérald PANIGHI artiste (Nice) | François PARIS artiste (Nice) | Laurent PERBOS artiste (Marseille) | Eve PIETRUSCHI artiste (Nice) | Caroline RIVALAN artiste (Nice) | Jean-Philippe ROUBAUD artiste (Nice) | Florian SCHÖNERSTEDT artiste (Nice)

 

Scorrere verso l'alto