Exposition

UN NOUVEAU DÉPART EN QUELQUE SORTE

23 novembre 2013 au 8 février 2014vernissage vendredi 22 novembre à partir de 19h AVEC : JULIEN ALINS, STEPHANE ARCAS, DAMIEN ASPE, GREGORY CUCQUEL, CLAIRE DECET, JEAN DENANT, ESTELLE DESCHAMP, DAVID EVRARD, GUILLAUME PINARD, MANUEL POMAR, BABETH RAM- BAULT, JOSUE RAUSCHER, LISA TARARBIT, BEATRICE UTRILLA ET MICHEL CLOUP.
   Lieu-Commun a pour principale vocation la […]

23 novembre 2013 au 8 février 2014
vernissage vendredi 22 novembre à partir de 19h

AVEC : JULIEN ALINS, STEPHANE ARCAS, DAMIEN ASPE, GREGORY CUCQUEL, CLAIRE DECET, JEAN DENANT, ESTELLE DESCHAMP, DAVID EVRARD, GUILLAUME PINARD, MANUEL POMAR, BABETH RAM- BAULT, JOSUE RAUSCHER, LISA TARARBIT, BEATRICE UTRILLA ET MICHEL CLOUP.


un-nouveau-depart-en-quelque-sorte-1fdr

 

Lieu-Commun a pour principale vocation la production et la diffusion de l’art contemporain, espace de diffusion et lieu de travail pour artistes résidents. 
C’est dans l’ancienne chemiserie de 1000 m2 que nous louons rue d’Armagnac, dans les faubourgs de Toulouse, […] que nous développons une démarche singulière tout entière consacrée à l’art contemporain et aux musiques aventureuses. Félicitons-nous que les FRAC fêtent leurs 30 ans cette année, mais n’oublions pas pour autant la richesse de la scène des espaces indépendants gérés par des artistes.

Deux d’entre eux ont décidé d’attirer l’attention sur leurs actions réciproques. Lieu-Commun prolongement de ALaplage (Toulouse, since 1997) et La Station (Nice, since 1996), s’échangent ! Après Saison 17, exposition de la Station chez Lieu Commun, c’est au tour de Lieu Commun de venir faire un tour sur la Côte d’Azur.

Le titre de l’exposition Un nouveau départ en quelque sorte est extrait de la chanson de Diabologum, « De la neige en été ». Les deux chanteurs et coauteurs Arnaud Michniak et Michel Cloup nous y décrivent de façon opaque, sur un phrasé de guitares stridentes et lancinantes, un monde en proie au chaos. La neige du titre n’est autre que la mousse des extincteurs vainement employés à tenter d’étouffer les incendies qui, sporadiquement, embrasent la ville. Constat désabusé dans lequel ce « nouveau départ » est une idée à peine esquissée. Les deux narrateurs se contentent de jouer au foot sur le toit d’un immeuble en contemplant distraitement les incendies épars. L’art ne changera probablement pas le monde mais il en suit sa course, et emporté dans son élan rotatif, il en subit l’évolution galopante. Certains des artistes invités pour cette exposition ont travaillé à plusieurs reprises avec ALaplage et Lieu-Commun mais c’est aussi l’occasion d’une première rencontre avec des artistes qui aiguisent notre curiosité.

Ne pas ajouter d’objets au monde ou une esthétique de la décroissance pourrait être les règles du jeu de cette exposition. Les œuvres présentées proposent des esthétiques radicalement différentes les unes des autres. Leurs points communs se situent plus dans les modalités de réalisation des pièces, objets recyclés ou détournés, soustraction de matériaux au lieu, productions éphémères ou usage de matériaux naturels démontrent la diversité de pratiques situées en contrepoint d’un art excessif et rutilant en totale contradiction avec les réalités de notre monde.

Ces positions conscientes sont réunies ici pour le premier épisode d’une série qui se développera sur trois années dans d’autres espaces d’expositions en Europe, avec à chaque épisode de nouveaux artistes aux postures différentes. 

Commissariat : Manuel Pomar, Lieu Commun.

 

Haut de page