Twins ? Exposition d’Eglé et Ieva Babilaité

Exposition

Twins ? Exposition d’Eglé et Ieva Babilaité

Twins ? Exposition d’Eglé et Ieva Babilaité

Une manifestation de la Ville de Carros     Deux sœurs jumelles, artistes lituaniennes, l’une vit près de Carros, l’autre à Vilnius… Deux pratiques, deux approches artistiques que tout semble opposer, l’une dans un raffinement néoromantique à la lisière du surréalisme, l’autre dans la recherche et la composition formelle. Deux conceptions esthétiques, deux techniques différentes, […]

Une manifestation de la Ville de Carros

 

Eglé et Ieva Babilaité © Karine Pietri

Eglé Babilaité : Dance with Turkey, 2014, 140x105cm, technique mixte © Paulius Gasiunas

 

Deux sœurs jumelles, artistes lituaniennes, l’une vit près de Carros, l’autre à Vilnius… Deux pratiques, deux approches artistiques que tout semble opposer, l’une dans un raffinement néoromantique à la lisière du surréalisme, l’autre dans la recherche et la composition formelle.
Deux conceptions esthétiques, deux techniques différentes, et pourtant deux regards complémentaires : le local et l’international, le rêve et la réalité, l’intime et le public, la figuration et l’abstraction, facettes d’une même réalité, réunies dans cette exposition à quatre mains marquée par le monde de l’enfance et la fantaisie onirique.
Par ailleurs, le point d’interrogation du titre nous rappelle le caractère incertain et toujours mouvant de l’art contemporain. Nous sommes donc heureux de donner à voir dans les espaces du château de Carros ces créations originales, en marge des grands courants balisés, afin de tenter de dépasser une fois encore les carcans formés par les écoles, les styles et les frontières.

Frédérik Brandi,
directeur du CIAC

 

« En toute sincérité, s’il fallait choisir un artiste avec qui organiser l’exposition, je n’aurais jamais choisi ma sœur ! Les raisons sont nombreuses. L’une d’elles, c’est que je suis en mesure de percevoir dans la profondeur de son être la source de son inspiration. Cela restreint ma capacité de perception et mon impartialité ainsi que ma faculté d’évaluer ses œuvres. »
« Cette habitude de nous comparer se formait grâce au monde qui nous entourait depuis notre tendre enfance. Mais, et si nous étions invitées à présenter nos œuvres côte à côte, pas trop prêt, pour provoquer et faire jaillir à la lumière du monde nos évidentes différences ? Finalement, la curiosité prend le dessus, et voici que nous faisons l’exposition ensemble. Non pas pour comparer nos travaux, mais pour retrouver de nouveaux points en commun et faire dialoguer nos œuvres dans l’espace public. »

Ieva Babilaité

Portrait d’Ieva Babilaité © Paulius Gasiunas

 

« Qui inspire le travail d’Ieva ? Peut-être l’univers, l’architecte de l’univers, les fissures sur le mur. Trouver le silence sur le papier… »
« Selon ma sœur, mes tableaux représentent une fille qui court le risque de marcher entre les oiseaux noirs. Mon silence est plein de mouvement et d’anxiété, de traces dans la peau bleue de l’oiseau, si riche. Dans la peinture je cite les yeux dorés de l’oiseau. Aucune douceur, juste la routine quotidienne et étonnante, transformant la réalité du moment à venir. »

Eglé Babilaité

 

Portrait d’Eglé Babilaité © Paulius Gasiunas

 

Autour de l’exposition :
·         Stage d’atelier d’arts plastiques, pour adultes et adolescents à partir de 13 ans : cycle de 5 séances les samedis 24 et 31 mars, 7, 14 et 21 avril (35 €, sur inscription).
·         Un dimanche en famille le 22 avril 2018 à 15h : parcours ludique suivi d’un atelier et d’un goûter, pour parents et enfants à partir de 8 ans (gratuit, sur réservation).
·         Nuit européenne des musées, dimanche 19 mai 2018, visite en nocturne et animations.

·         Publication : catalogue 48 pages à double entrée (Melis éditions).

Ieva Babilaité : Déchiré et assemblé, 2017, 12x10cm, travail de papier © Paulius Gasiunas

 

En parallèle :
·         Autour de Michel Butor (1926-2016), accrochage dans l’espace « fonds permanent » au 2ème étage du château : sélection d’œuvres d’artistes ayant collaboré avec l’écrivain, parmi celles figurant dans la collection du CIAC, avec Alocco, Altmann, Androff, Besançon, Charvolen, Duchêne, Eppelé, Klasen, Koenig, Lanneau, Laurent, Miguel, Monticelli, Nivèse, Rivello, Rosa, Youl…
·         Au rez-de place : Espace Guillonnet (1872-1967), peintures, esquisses, documents.

 

Haut de page