Exposition

Thomas Struth – La Table des Matières – Villa Paloma

Du 29 avril au 28 août 2016, le NMNM présente National Gallery I, London 1989 de Thomas Struth (UBS Art Collection) dans la Table des Matières de la Villa Paloma Au milieu des années 1980, après avoir collaboré avec le psychanalyste Ingo Hartmann à l’étude de photographies de famille, Struth entame une série de portraits individuels […]

Du 29 avril au 28 août 2016, le NMNM présente National Gallery I, London 1989 de Thomas Struth (UBS Art Collection) dans la Table des Matières de la Villa Paloma

Thomas Struth

Vue d’exposition NMNM Villa Paloma La Table des Matières – Thomas Struth, National Gallery I, London 1989, 1989, UBS Art Collection – Photo NMNM/Andrea Rossetti, 2016

Au milieu des années 1980, après avoir collaboré avec le psychanalyste Ingo Hartmann à l’étude de photographies de famille, Struth entame une série de portraits individuels et familiaux, en utilisant le même type de chambres grand format qu’il avait employé pour son travail sur l’architecture. En travaillant à ces portraits, Struth commence à s’intéresser aux peintres de la Renaissance, ce qui l’a conduit à produire la plus connue de ses œuvres, Museum Photographs.

C’est vers la fin des années 1980 qu’il entame cette série de photographies grand format prises dans de célèbres musées européens et américains. Comme ses précédents portraits de groupe et scènes de rue, les photos de musée traduisent son désir de faire des images soigneusement réfléchies présentant de façon objective la scène devant son objectif. Son travail, a-t-il déclaré dans des interviews, « cherche moins à étendre les possibilités de la photographie qu’à donner une perception plus vraie des choses ». Ses compositions sont donc simples et il s’abstient de toute manipulation numérique. Cependant, tout en continuant d’essayer à rendre visible le passage du temps grâce à l’emploi de longs temps de pose, Struth assouplit ses contraintes antérieures en matière de composition. Les scènes ne sont pas posées, Struth capture des moments spontanés, sans mise en scène, tandis que les visiteurs regardent les tableaux dans des salles d’exposition.

A l’origine de ces photographies de musée, il y a donc la fascination de Struth pour les portraits de la Renaissance. Né de son propre travail de photographe portraitiste, cet intérêt l’a conduit à explorer les origines de la peinture figurative et du portrait en Occident, et à constater comment les œuvres d’art classiques sont exposées et vues dans le cadre d’un musée. Selon lui, les œuvres d’art sont devenues de « simples objets fétiches, comme les athlètes ou les célébrités ». Le travail de Struth va à l’encontre de cette tendance. C’est pourquoi il n’isole pas les tableaux dans ses photos, préférant présenter les spectateurs en train de les contempler, et donc de dialoguer activement avec les images dans l’espace des salles d’expositions.
Thomas Struth est né en 1954 à Geldern, en Allemagne.
Il vit et travaille à Berlin.
Haut de page