Exposition

CAPTURE / THE EYES

Susanna Fritscher Susanna Fritscher, Crossing / the eyes, 2014 – exposition «Soudain nous vîmes avec de force» FRAC Corse 2014 – copyright : droits réservés Cette exposition est réalisée grâce au soutien de PRIALIZART et ART COMPANY Commissariat : Fabienne Grasser Fulchéri, assistée de Claire Spada Le travail de Susanna Fritscher vise à renouveler la […]

Susanna Fritscher

SFritscher EspaceArtConcret-2 (1)

Susanna Fritscher, Crossing / the eyes, 2014 – exposition «Soudain nous vîmes avec de force» FRAC Corse 2014 – copyright : droits réservés

Cette exposition est réalisée grâce au soutien de PRIALIZART et ART COMPANY

Commissariat : Fabienne Grasser Fulchéri, assistée de Claire Spada

Le travail de Susanna Fritscher vise à renouveler la perception visuelle et sensorielle de certains espaces, à travers des oeuvres interagissant subtilement avec l’architecture. Au premier regard, les espaces de Susanna Fritscher apparaissent vides, nus. Ses interventions sont discrètes, «minimales », elles se fondent à leur environnement dans une relation presque mimétique. En utilisant le blanc, l’artiste privilégie les modulations de lumière ; la peinture n’existe que par elle-même. Les considérations d’ordre esthétique, symbolique ou romantique sont écartées : le blanc « ouvre, dégage l’espace ».

Œuvre et lieu ne font plus qu’un et se désignent mutuellement. Par cette proximité, leurs caractères semblent s’inverser : l’espace perd son aspect réel et se dématérialise, l’image, elle, prend de l’espace. La vision simultanée de l’oeuvre et du lieu, le passage de l’une à l’autre révèle des zones indéfinies, immatérielles, fluctuantes. Le principe de l’image fixe est interrompu. Un mouvement visuel perpétuel se crée, dans lequel nous sommes investis constituant une partie unique et inédite de notre expérience du monde.

Les dispositifs de Susanna Fritscher se développent à partir d’un travail de peinture, projetée au pistolet sur différents supports (toile, verre, plexiglas, film plastique) ou directement sur le mur. Le blanc, dans toutes ses variations, constitue au départ une alternative radicale. Ses recherches se déclinent alors, de l’introduction de la couleur, à l’expérimentation d’autres matériaux, enduits, revêtements ou vidéo projection luminescente. Ces procédés sont autant d’outils permettant d’agir sur l’espace – parois, sols, plafonds – afin de souligner les caractéristiques architecturales de l’endroit, de les déplacer, de les inverser, de les contredire.

Au sein même du processus de création, à partir du choix des matériaux, des teintes et leurs dégradations, se développe un système de correspondance et d’opposition, lumière -ombre, opacité -transparence, frontalité – profondeur, qui nous engage dans une participation active à l’œuvre. La lumière, premier matériel de la perception visuelle, contribue à la reconfiguration des lieux et en renouvelle la perception.

Haut de page