Exposition

SUB NOCTEM

ANNE PHAREL Sub noctem signifie en latin « à l’entrée de la nuit ». J’ai choisi le latin pour évoquer un monde disparu et en même temps un déplacement vers un autre monde. Lorsque la nuit commence juste à tomber, nos perceptions changent et les paysages se transforment avant de disparaître. Ce passage des dernières lueurs à […]

ANNE PHAREL

annepharel

Sub noctem signifie en latin « à l’entrée de la nuit ». J’ai choisi le latin pour évoquer un monde disparu et en même temps un déplacement vers un autre monde.
Lorsque la nuit commence juste à tomber, nos perceptions changent et les paysages se transforment avant de disparaître. Ce passage des dernières lueurs à la pénombre est très court mais il est aussi très dense.
Dans ce moment-là, je perçois un détachement de l’instant qui entraine un sentiment de suspension, de flottement et de glissement. C’est un instant qui s’étire comme celui qui précède la chute.
Il s’agit donc d’abord d’un travail sur l’inéluctable, la transformation, la disparition, avec la présentation d’instants qui précèdent le définitif, le décisif. Mais il s’agit aussi de présenter l’entrée dans un autre monde, monde qui existe pleinement mais dans lequel notre perception habituelle est incapable de nous rendre compte de ce qui est réellement. J’essaie alors de faire perdre la raison à mon appareil photographique, pour qu’il restitue cet instant étrange qui est dans un corps à corps avec la durée. Cet instant qui nous échappe et par lequel un autre monde s’élève, beau, vivant, vibrant.

En cela , ces images sont aussi une réponse à celle d’André qui photographie l’instant lumineux, paroxystique dans un petit espace de nature et qui révèle un monde parfait, qui était alors caché… avant que la lumière ne se pose ailleurs et que tout ne rebascule…

Cette exposition se présente en trois parties:
1-Des photographies couleur de différents formats: 40 cm X 60 cm et 60 cm X 80 cm.
Ce sont des exemplaires uniques, des instants arrachés à la durée.
2-Des Artybox: Ensembles de cinq photographies couleur en 20 cm X 30 cm.
Ce sont des exemplaires uniques, des instants inscrits dans la continuité, et forment une collection.
3-Des boîtes photographiques: Photographie, métal, leds, gravure sur plexiglas de texte ou de photographie.
Ces boîtes sont là comme pour abriter l’invisible, le corps à corps de l’instant et de la durée. La photographie faisant partie de ces boîtes étant un tirage unique ces boîtes sont aussi des exemplaires uniques.

Texte de présentation de l’exposition, gravé et inséré dans une des boites photographiques:

Sub Noctem
Saisir la beauté involontaire du jour qui s’efface, celle qui échappe au désir de la création.
Surprendre l’heure où les mystères de la nuit s’élèvent. Apprivoiser les ombres, leur donner corps tandis que les arbres se rapprochent, conversant dans l’obscurité retrouvée. Célébrer les dernières lueurs du jour aveuglant, et se rendre à l’évidence du court moment de l’incertain.
Voici les quelques instants qui abritent la montée du monde invisible, lorsque les couleurs, intactes et glorieuses, sont rendues à elles-mêmes, avant que tout ne se dérobe et ne devienne introuvable. Le moment parfait où les arbres, se dissolvant dans leur environnement, transitoires, engloutis, offrent la trace de leur disparition. Quand sont racontées la terre et ses œuvres, celles du temps qui passe, avec l’évanouissement du réel qui s’est laissé absorber par un monde devenu rêve.

Anne Pharel

Haut de page