Exposition

RESPONSE : ABILITIES

du 24 novembre 2013 au 13 janvier 2014 – Galerie du Patio Artistes : LASHA BABUADZE, ANA CHADUNELI, TAMAR CHADUNELI, ELENE GABRICHIDZE, GIORGI MAGHRADZE, MAJA MALINOWSKA, MARIAM NATROSHVILI EN COLLABORATION AVEC DETU JINTCHARADZE, KHATIA TCHOKHONELIDZE, VAKHTANG URUSHADZE                             La Villa Arson invite […]

du 24 novembre 2013 au 13 janvier 2014 – Galerie du Patio

Artistes : LASHA BABUADZE, ANA CHADUNELI, TAMAR CHADUNELI, ELENE GABRICHIDZE, GIORGI MAGHRADZE, MAJA MALINOWSKA, MARIAM NATROSHVILI EN COLLABORATION AVEC DETU JINTCHARADZE, KHATIA TCHOKHONELIDZE, VAKHTANG URUSHADZE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Villa Arson invite une dizaine d’artistes géorgiens issus du CCA – Tbilissi Informal Master Program (http://cca.ge) à réaliser une exposition. Sous la coordination de Katharina Stadler, elle même artiste et intervenante au CCA, le groupe de travail a choisi de placer ce projet sous le signe de la responsabilité individuelle et collective, avec ce titre qui sonne comme un jeu de mots entre la « réponse » faite à une invitation et «l’aptitude » à y répondre.

Il s’agit de mettre à plat les différentes strates (une dizaine au total) qui ont œuvré, depuis novembre 2012, à l’élaboration de l’exposition. Comment une exposition peut elle refléter une forme tout en évoquant toutes les hypothèses qui l’ont précédée ? Ce sera donc l’occasion de révéler les méthodes de travail du CCA qui se veulent non autoritaires et communautaires, mais qui imposent néanmoins de véritables exigences auprès des artistes qui les suivent – peut-être dues au paradoxe de leur trop grande liberté de travail. Il s’agit aussi de produire une exposition avec une économie de moyens ad minima. Cette contrainte est bien sûr due à la réalité des budgets, mais surtout à la volonté des artistes invités de ne pas jouer la carte de l’invitation trop structurée et donc sans surprise. Leur exposition doit ressembler à l’enseignement, aux modes de production et à l’économie qui sont les leurs. Tout sera produit sur place de manière expérimentale dans « l’aptitude » à se débrouiller avec ce qu’il est possible de faire. La Villa Arson avec ses ateliers et sa force de production, mais aussi le territoire de la Côte d’Azur et la vie en général deviennent de véritables sources de matières et de matériaux, des réservoirs de formes. 

Commissariat : Katharina Stadler

 

Haut de page