Exposition

Opéra Chromatique – Eliz Barbosa

Avec cette série toute de variation mélodique, Eliz Barbosa saisit la genèse d’un son, sa mystérieuse naissance à partir du corps d’un musicien qui fait exister les systèmes d’un bois. Montrer une note en train de se jouer, une intensité en train de se gagner, et, sur fond d’un silence antérieur, animer une surface que […]

Avec cette série toute de variation mélodique, Eliz Barbosa saisit la genèse d’un son, sa mystérieuse naissance à partir du corps d’un musicien qui fait exister les systèmes d’un bois. Montrer une note en train de se jouer, une intensité en train de se gagner, et, sur fond d’un silence antérieur, animer une surface que les lignes d’un instrument se prêtent à faire vibrer. Ici, la couleur est une tonalité conquise, une note qui tient, précise. C’est un souffle saisi au vol dans l’espace structuré autour d’un clétage. Haute voltige de l’artiste qui rend hommage à l’instrument, à son maître et à l’effet qu’ils produisent. Au centre de la toile, le rhizome porte encore la dynamique picturale : depuis la précédente série « botanique », il ne cesse de tracer les sillons sensibles au corps tout entier, il poursuit ici sa route hors de lui, en une extase cette fois symphonique. Et le spectateur de tenir mentalement la note produite par le réseau, de soutenir la tension chromatique, de sentir en lui l’espace conquis. L’art d’Eliz Barbosa est toujours un assaut de la réalité : là, le triomphe d’un souffle qui, depuis les lèvres d’un musicien, joue en couleur.

Anne-Sophie JOUANNEAU, avril 2014

Eliz Barbosa

Haut de page