Exposition

NON FIGURATIF : un regain d’intérêt ? | Delphine Trouche – hors les murs Cac Meymac

Le début du XXème siècle a été marqué dans le domaine des arts plastiques par une révolution : la disparition de la figure, libérant la création d’une fonction de reproduction qui l’attachait au réel. Une fois le cordon ombilical coupé, toutes les aventures artistiques devenaient possibles, autonomisant la couleur, épurant les formes jusqu’à l’essentiel ou les […]

Delphine Trouche - « Non figuratif - un regain d'intérêt?" - Vue de l'exposition

Delphine Trouche – « Non figuratif – un regain d’intérêt? » – Vue de l’exposition

Le début du XXème siècle a été marqué dans le domaine des arts plastiques par une révolution : la disparition de la figure, libérant la création d’une fonction de reproduction qui l’attachait au réel.

Une fois le cordon ombilical coupé, toutes les aventures artistiques devenaient possibles, autonomisant la couleur, épurant les formes jusqu’à l’essentiel ou les éclatant jusqu’à l’informel. Une figuration plus libre perdurait mais le non figuratif dominait.

A la charnière des années 70-80, dans la foulée du pop art et de la trans-avant-garde, sous l’effet possible de l’émergence accentuée des nouveaux médias, le rapport s’est inversé. Cette catégorisation, du fait de ces bouleversements, a sans doute perdu de sa pertinence. Nombre d’artistes passent d’un genre à l’autre sans se soucier de cette distinction ou se tiennent dans l’entre deux. Ce brouillage des limites n’interdit pas pour autant de se poser la question qui garde un sens au regard des sensibilités et des enjeux d’interprétation qu’elle recouvre.

Il semble qu’aujourd’hui le non figuratif mais aussi l’informel, le minimaliste, l’abstrait, avec tout ce qu’ils véhiculent de perceptions et de postures par rapport à l’art, retrouvent un regain d’intérêt. Cette hypothèse, nous la faisons, en nous appuyant sur des indices concordants mais fragiles.

L’exposition, en présentant une centaine d’oeuvres recouvrant une large palette de ce qui se fait principalement en peinture, mais pas que, sera une manière de la tester auprès du public.

Commissariat : Caroline Bissière & Jean-Paul Blanchet, avec Églantine Bélêtre.

LES ARTISTES

Farah Atassi, Francis Baudevin, Vincent Beaurin, Lisa Beck, Trudy Benson, Martin Bissière, Jérôme Boutterin, Marian Breedveld, Peter Buggenhout, Denis Castellas, Franck Chalendard, Paul Czerlitzki, Guillaume Dégé, Emilie Ding, Valérie du Chéné, Hedwig Eberle, Franck Eon, Sylvie Fanchon, Adrienne Farb, Thomas Fougeirol, Bernard Frize, Katharina Grosse, Nicolas Guiet, Erwin Heerich, Rémy Hysbergue, Krijn de Koning, David Malek, Maude Maris, Mathieu Mercier, Anita Molinero, Miquel Mont, Yin Qi, Roland Quetsch, Fiona Rae, Cordy Ryman, Laurent Saksik, Julia Scalbert, Adrian Schiess, Hugo Schüwer-Boss, Jessica Stockholder, Soizic Stokvis, Blair Thurman, Delphine Trouche, Janaina Tschäpe, Emmanuelle Villard, Sophie Whettnall, Wallace Whitney, Peter Zimmermann.


Exposition d’été visible du 10 juillet au 16 octobre

NON FIGURATIF

Abbaye St André

Centre d’art contemporain

Place du Bûcher

19250 Meymac

Tél. : 05 55 95 23 30

Haut de page