Conférence, Rencontres

Hors les murs, Cinéma avec Rodin

CINEMA AVEC RODIN Au Cinéma de Beaulieu Avenue Albert 1er, 06310 Beaulieu-sur-Mer   Rencontre avec Maryline Desbiolles, écrivain Suivie du film Rodin de Jacques Doillon   Après son étonnant ouvrage Le beau temps dédié au musicien Maurice Jaubert, auquel L’ECLAT avait consacré une soirée à la Villa Arson, Maryline Desbiolles propose un récit sur la vie […]

CINEMA AVEC RODIN

Au Cinéma de Beaulieu

Avenue Albert 1er, 06310 Beaulieu-sur-Mer

 

Rencontre avec Maryline Desbiolles, écrivain

Suivie du film Rodin de Jacques Doillon

 

Après son étonnant ouvrage Le beau temps dédié au musicien Maurice Jaubert, auquel L’ECLAT avait consacré une soirée à la Villa Arson, Maryline Desbiolles propose un récit sur la vie et l’œuvre d’Auguste Rodin. Une nouvelle occasion de recevoir l’écrivain au moment de l’Exposition du centenaire au Grand Palais qui réunit les oeuvres majeures du sculpteur. Et Jacques Doillon, absent des écrans depuis quatre ans, signe un film sur l’artiste, en sélection officielle au Festival de Cannes 2017.

En partenariat avec La Librairie Masséna.


Vendredi 9 juin 19h I MARYLINE DESBIOLLES

Autour de son dernier ouvrage Avec Rodin

(Editions Fayard, 2017)

« Comment vient-on à Rodin ? Peut-être en tâchant de laisser tomber ce qu’on croyait connaître. En tâchant de laisser tomber ses croyances. En fréquentant Auguste Rodin, et, avec lui, les écrivains et les artistes qui l’ont aimé, en s’immisçant dans cet immense XIXe siècle qu’il projette dans le XXe. En y tissant un récit de sa vie. Mais aussi en fréquentant ses figures, en entrant dans la danse des corps inventés par lui. En fréquentant la sculpture qu’il a bouleversée. En prenant exemple sur lui. En accueillant le réel et ses surprises. En étant entièrement solidaire de sa manière de procéder. C’est-à-dire, somme toute, en faisant le pari d’être un peu plus libre. »

MARYLINE DESBIOLLES vit et écrit dans l’arrière-pays niçois. Elle est l’auteur d’une trentaine de romans et récits, notamment, Anchise qui obtient le prix Fémina (Seuil) en 1999. Parmi ses nombreuses publications : La seiche (Seuil, 1998), Manger avec Piero (Mercure de France, 2004), Primo (Seuil, 2005), C’est pourtant pas la guerre (Seuil, 2007), Les draps du peintre (Seuil, 2008)… Elle a créé deux revues littéraires, Offset en 1980 et la mètis en 1990.

La discussion est précédée par la projection du court métrage.

Maryline Desbiolles © DR


L’ENFER DE RODIN

Henri Alekan, France, 1958, 17 min

L’œuvre de Rodin imaginée sous forme d’un ballet. C’est le cheminement de l’homme dans sa vie, dans ses amours, jusqu’à sa mort. Dans la seconde partie, c’est la chute aux enfers telle que Rodin l’a sculptée dans sa Porte de l’Enfer. Ce film est l’un des rares réalisés par Henri Alekan, le grand directeur de la photographie, notamment de La belle et la bête de Jean Cocteau et Les ailes du désir de Wim Wenders.


RODIN de Jacques Doillon – France, 2017, 1h59

avec Vincent Lindon et Izïa Higelin

Compétition officielle au Festival de Cannes 2017

À Paris, en 1880, Auguste Rodin reçoit enfin à 40 ans sa première commande de l’Etat : ce sera La Porte de L’Enfer composée de figures dont certaines feront sa gloire comme Le Baiser et Le Penseur. Il partage sa vie avec Rose, sa compagne de toujours, lorsqu’il rencontre la jeune Camille Claudel, son élève la plus douée qui devient vite son assistante, puis sa maîtresse. Dix ans de passion, mais également dix ans d’admiration commune et de complicité.

Photo extraite du film « Rodin » de Jacques Doillon © DR

Haut de page