Manuel Ruiz Vida, L’impermanence et la fuite

Exposition

Manuel Ruiz Vida, L’impermanence et la fuite

Manuel Ruiz Vida, L’impermanence et la fuite

Les peintures de Manuel Ruiz Vida ne visent pas à l’illusion. Elles mettent à l’épreuve le réel. D’emblée, le regard est frappé par ces blocs monolithiques qui semblent émerger de nulle part. Leur géométrie associée à un puissant effet de frontalité en font de fascinantes et mystérieuses natures mortes, celles qui murmurent la vanité de […]

Les peintures de Manuel Ruiz Vida ne visent pas à l’illusion. Elles mettent à l’épreuve le réel. D’emblée, le regard est frappé par ces blocs monolithiques qui semblent émerger de nulle part. Leur géométrie associée à un puissant effet de frontalité en font de fascinantes et mystérieuses natures mortes, celles qui murmurent la vanité de toutes choses. L’attachement que porte l’artiste à peindre la dégradation des matériaux et les modestes altérations traquées à la surface des objets renforce cette impression première d’impermanence et de fuite du temps. La desquamation d’un mur, le fond craquelé d’une bassine,…ou la poussière d’une paroi, souvent nimbés d’une lumière blafarde, portent l’empreinte des jours qui passent. Manuel Ruiz Vida peint l’inexorable action du temps et ses outrages dont il fixe patiemment le fait plastique et l’éclat si caractéristique. Au-delà de cet attrait pour l’éphémère et la poétique du temps à l’œuvre, la grande subtilité du travail de l’artiste réside dans le jeu formel qu’il déploie au service d’une peinture trompeusement figurative, ce que souligne en parallèle le recours à des titres qui ne renvoient à aucune interprétation iconographique. Quel que soit le thème traité, ses tableaux portent l’audace d’une synthèse abstraite où le motif s’efface, où les ouvertures sont aveugles (séries des Passages) où le regard se heurte au fond opaque de la toile (série des Structures et des Sculptures). Marqués par le sceau de l’abstraction, les bâtiments, les objets humbles et consumés, semblent voués à une pure poésie picturale. Tournant le dos aux artifices et aux raffinements décoratifs attendus, ils donnent à voir la peinture dans toute sa matérialité et dans une mise en exergue de ses moyens propres. Les surfaces sont baignées d’une gamme chromatique profonde et assourdie dont la consistance terreuse se trouve éclairée de temps à autre par quelques plages plus vives et des ombres tranchantes. La pâte, épaisse et grumeleuse, parfois cireuse sous l’effet de la laque mélangée aux pigments, est travaillée par recouvrements successifs…Il peint dans la surface et dans l’épaisseur, couche après couche, utilisant fréquemment des morceaux de palette usagée pour étaler la matière. Les couleurs se mêlent en se superposant. Par la pression du geste, la peinture recouvre et pénètre le substrat et inversement les couches précédentes remontent en étant repoussées. À l’étirement de la surface correspond la stratification des couches. De ce travail, à la fois énergique et patient, naît un dialogue et un équilibre entre la surface et l‘épaisseur. La peinture devient alors une géologie qui manifeste une succession de temporalités, celle du geste unique et perceptible dans l’instant comme celle stratifiée de la peinture qui s’inscrit dans la durée..

Véronique Baton, Manuel Ruiz Vida, Le temps de la peinture (extraits) Campredon Centre d’art, L’Isle-Sur-La-Sorgue, 2016.

visuel : Structure n°5, 2007 Huile et laque sur toile 100 x 192 cm

 


Franck Saïssi « Dessins »

Exposition jusqu’au 29 juillet 2017
Entrée libre

Exposition de dessins de Franck Saïssi en parallèle à l’exposition de Manuel Ruiz Vida « L’impermanence et la fuite »

Saïssi, Traversée impossible, 2016

Haut de page