Exposition

Hercule Florence Le Nouveau Robinson – Villa Paloma

Commissariat : Linda Fregni Nagler et  Cristiano Raimondi Ce projet présente pour la première fois au public européen l’inventeur et artiste pluridisciplinaire monégasco-brésilen Hercule Florence (1804-1879) au travers d’une exposition et d’une publication. Inventeur de la zoophonie, système de notation musical de chants d’oiseaux, ainsi que de la polygraphie, méthode d’impression basée sur les principes de […]

Commissariat : Linda Fregni Nagler et  Cristiano Raimondi

Ce projet présente pour la première fois au public européen l’inventeur et artiste pluridisciplinaire monégasco-brésilen Hercule Florence (1804-1879) au travers d’une exposition et d’une publication.

Inventeur de la zoophonie, système de notation musical de chants d’oiseaux, ainsi que de la polygraphie, méthode d’impression basée sur les principes de la photographie, Hercule Florence, en 1833 au Brésil, invente un procédé photographique parallèlement aux recherches menées par ses contemporains en Europe, et fut le premier à utiliser le terme de “photographie”.

L’exposition présente un ensemble d’environ 300 œuvres, pour la plupart des dessins et manuscrits d’Hercule Florence, provenant essentiellement de la Collection C. H. Florence –  Leila et Silvia Florence de São Paulo. D’autres institutions publiques et privées comme la BNF (Paris), le Museo Paulista (São Paulo), l’Instituto Hercule Florence (São Paulo), le Musée du Quai Branly (Paris), le Musée Nicéphore Niépce (Chalon-sur-Saône), la Bibliothèque de Genève, la George Eastman House (Rochester) ou la Science Museum (Londres), ont été sollicitées pour le prêt d’œuvres significatives.

Les dessins et manuscrits de Florence, tout comme le premier exemplaire photographique de l’histoire des Amériques sont réunis pour la première fois dans un seul et même projet d’exposition. Cet ensemble complet permet de reconstruire la pensée et la méthode de travail de cette figure hors-normes. Son modus operandi, qui s’exprime par l’exercice de la copie, du calque et de la reproduction, qu’il soit manuel ou mécanique, est le fil conducteur de l’exposition. La nécessité de reproduire de manière sérielle son propre travail amènera Florence à inventer des systèmes d’impression alternatifs à la gravure, parmi lesquels celui de la photographie.

Le but de ce projet étant de donner à ce personnage illustre sa juste place dans l’histoire de la culture, en particulier dans celle de la photographie, en faisant le lien avec les recherches menées par ses pairs, et offrant un important pas en avant dans l’étude de cette figure complexe grâce à un travail approfondi sur les origines de cette technique.

Accompagnant le corpus de dessins et de manuscrits d’Hercule Florence, les œuvres d’artistes internationaux tels que Lucia Koch, Jochen Lempert, Leticia Ramos, Daniel Steegmann Mangrané, qui ont été invités à participer en proposant de manière individuelle un projet spécifique dans le cadre de l’exposition. Le choix de ces artistes ayant tenu compte de la qualité de chacun de mettre en relation sa propre pratique avec d’autres environnements disciplinaires comme la biologie, l’histoire, l’histoire des techniques, la météorologie et la musique.

L’exposition insiste sur l’ouverture disciplinaire, met en évidence l’aspect scientifique de la recherche contemporaine et propose une conception de l’art comme exploration systématique de des recherches méthodologique et expérimentales.

Hercule Florence, sem título (canoa de indios Guatós, ao pôr do sol), c.a. 1835 aquarelle et encre de chine sur papier 32,0 x 43,5 cm Collection C. H. Florence - Leila et Silvia Florence, São Paulo

Hercule Florence,
sem título (canoa de indios Guatós, ao pôr do sol), c.a. 1835
aquarelle et encre de chine sur papier
32,0 x 43,5 cm
Collection C. H. Florence – Leila et Silvia Florence, São Paulo

Haut de page