Publication

GREGORY CUQUEL par Camille Paulhan « L’atelier est ce qui me tire debout »

GREGORY CUQUEL, par Camille Paulhan « L’atelier est ce qui me tire debout » « Je n’y peux rien, les ateliers m’émeuvent ; je voulais proposer pour thankyouforcoming des portraits d’atelier, des propos d’artistes glanés dans ces lieux, devant leurs œuvres. Il n’y est d’ailleurs pas forcément question de ces dernières, mais plutôt de ce qu’un atelier fait […]

GREGORY CUQUEL, par Camille Paulhan
« L’atelier est ce qui me tire debout »

« Je n’y peux rien, les ateliers m’émeuvent ; je voulais proposer pour thankyouforcoming des portraits d’atelier, des propos d’artistes glanés dans ces lieux, devant leurs œuvres. Il n’y est d’ailleurs pas forcément question de ces dernières, mais plutôt de ce qu’un atelier fait à la production artistique, de comment y travaille-t-on, comment y flâne-t-on. »
Grégory Cuquel, transhumance de peaux mortes_ suc et salive, 2016. Vue de l’exposition à IN EXTENSO, Clermont-Ferrand. Photo : G. Cuquel

Grégory Cuquel, transhumance de peaux mortes_ suc et salive, 2016. Vue de l’exposition à IN EXTENSO, Clermont-Ferrand. Photo : G. Cuquel

« Par modestie peut-être, Grégory Cuquel se refuse à penser à l’atelier comme un lieu où l’on produirait des objets « finis », « aboutis ». Il préfère parler de ses sculptures ou de ses dessins comme de sécrétions. L’idée de l’artiste comme intestin grêle ne me déplaît pas. »
Lien :  http://thankyouforcoming.net/paulhan-cuquel/
Haut de page