Exposition

TECH NECK

GABRIEL MEO FEAT. RAPHAËL EMINE Exposition personnelle TECH NECK – DR La revue américaine Surgical Technology International publiait une étude, en janvier 2015, démontrant que notre usage à répétition des smartphones donnait naissance à une ride nouvelle au niveau du cou. Invention inédite à l’ère du hashtag, ce sillon creusé à l’horizontale nommé «Tech neck » incarnerait la […]

GABRIEL MEO FEAT. RAPHAËL EMINE

Exposition personnelle

11206855_786901981429700_3184202688286672641_o

TECH NECK – DR

La revue américaine Surgical Technology International publiait une étude, en janvier 2015, démontrant que notre usage à répétition des smartphones donnait naissance à une ride nouvelle au niveau du cou. Invention inédite à l’ère du hashtag, ce sillon creusé à l’horizontale nommé «Tech neck » incarnerait la vraie-fausse fabrication d’un mal 2.0.

Par l’usage de ce nouveau mot-clé pour sa première exposition personnelle, Gabriel Méo explore en partie les abysses des structures de pouvoir que sont les nouvelles technologies. Surveillance et contrôle en continu des corps, la question de la mauvaise ou bonne posture est ici remise en branle. Il n’est pas étonnant que Gabriel Méo ait invité Raphaël Emine, artiste, ami et complice d’atelier afin de questionner les modalités d’une exposition dite personnelle. Pour ce solo à deux, Gabriel Méo cherche ainsi à éviter les systématismes et bouscule les dualités inhérentes au goût par la déhiérarchisation des matériaux et des pratiques. Comme à son habitude, Gabriel Méo, peintre chiffonnier selon ses termes, récupère, coupe, recycle, combine, raccorde, greffe, sature, consolide et assemble les matériaux entre eux afin de provoquer d’innombrables collisions et de multiples croisements. Tous les deux partagent la même énergie explosive pour ne pas laisser le travail se gangrener ou se fossiliser. Featuring assumé et voulu, Méo combine Emine : l’un avec, pour ou contre l’autre, à la fois complémentaires et différents.

Haut de page