Exposition

FORTUNE TELLER

JEAN-BAPTISTE SAUVAGE PROJET POUR MARKET ZONE 2015 Un espace inoccupé se transforme en une sculpture stroboscopique. Un univers cinématographique où l’agressivité des flashs dessine les ombres portées d’une végétation luxuriante sur les baies vitrées. Une projection d’ombres et lumières, entre cinéma primitif et image animée, et qui évoque une scène, un tournage, un espace vivant […]

JEAN-BAPTISTE SAUVAGE

PROJET POUR MARKET ZONE 2015

fortune teller 1

Un espace inoccupé se transforme en une sculpture stroboscopique. Un univers cinématographique où l’agressivité des flashs dessine les ombres portées d’une végétation luxuriante sur les baies vitrées. Une projection d’ombres et lumières, entre cinéma primitif et image animée, et qui évoque une scène, un tournage, un espace vivant et secret.

Un rendez-vous avec le public, ou une rencontre avec une image furtive de poésie urbaine.

Le projet : Un rendez-vous avec le public, ou une rencontre avec une image furtive de poésie urbaine

Le lieu : un espace en rez-de-chaussée non-occupé
La technique : un dispositif autonome : stroboscopes et minuteur
Le fonctionnement : Les néons s’allument toutes les nuits, pendant 30 mn, entre 21h et 21h30

« Nous glissons dans un univers cinématographique où l’agressivité des flashs dessine les ombres portées d’une végétation luxuriante sur la baie vitrée. Un cinéma primitif d’ombres et lumières qui évoque une jungle où se tiendrait une rave secrète, renouant avec le rituel, la transe et la dimension anthropologique de la musique. (…)
Du white cube à la rave dans la forêt, c’est tout un langage emprunté aux rituels primitifs qui est évoqué. De cette façon
il rend sensible l’artifice de tout espace scénique, que ce soit une salle de concerts ou une galerie. »
P. Morais

 

Avec le soutien du Groupe Atlantis

 

Haut de page