Exposition

DEL’ART N°27

15 décembre 2012 – 15 mars 2013 En couverture : Anne Pesce                                                LE NOM DES SÉRIES Une histoire : 2004 – 2012 Le premier de mes titres est NordSudEstouest. Mon sujet est […]

15 décembre 2012 – 15 mars 2013

En couverture : Anne Pesce

pesce_couv

Anne Pesce, Cible 21
Céramique haute température, diamètre : 36 cm.
Céramique réalisée dans l’atelier de Francine Lecoq, Créations Céramique, la Colle-sur-Loup.
Collection de l’artiste © photo Anne Pesce
Courtesy galerie Catherine Issert, St-Paul de Vence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 LE NOM DES SÉRIES

Une histoire : 2004 – 2012

Le premier de mes titres est NordSudEstouest. Mon sujet est le paysage que je fi lme pendant mes voyages. Nous disons que j’imagine est le second, formulé de la sorte, je veux m’assurer d’un pacte. Accordons-nous pour dire que mon imagination en puisant dans le monde à vivre, donne lieu à l’intuition d’une abstraction dont les formes seraient des identités adéquates pour la peinture, les dessins, les céramiques. Quand je fi lme je suis à la recherche, le mouvement est très lent afi n que la caméra enregistre de façon synchronisée ce que mes yeux scrutent. Si nous disons que j’imagine alors je peux aussi demander : Quel est mon nom ?
C’est le troisième titre de mes séries et dorénavant « nommer » devient un indice. Plus tard, je donne un nouveau titre : Vue suivi d’un chiffre, des chiffres allant croissant, une expansion, un grand angle, au point de ne plus pouvoir rien dire, rien décrire, il n’y a qu’à voir un paysage comme la combinaison d’indices. Cézanne « rêve » de la compréhension de la nature du point de vue du tableau. 
Il dit : « La moindre défaillance d’oeil fi che tout à bas. […] J’ai besoin de connaître la géométrie. J’ai vu que l’ombre sur Sainte-Victoire est convexe. […] Les plans dans la couleur ! Si je peignais ça… Ne serait-ce pas la réalisation de cette partie de la nature qui tombant sous nos yeux nous donne le tableau ?1« .
une exposition se nomme ovale : une forme pour son histoire. Je suis en voyage pour la première fois dans des villes : Oslo, Helsinky, Tokyo, et désormais, à l’ordre géométrique de Cézanne j’accorderai la méthode de Spinoza : « Et j’analyserai les actions et les appétits des hommes, comme s’il était question de lignes, de plans et de solides2« .
Comment le nom du pays est devenu le titre de dessins et peintures ? Comment en suis-je venue à faire des céramiques nommées cible en forme d’empreinte de disque vinyle, enregistrement de l’air bruyant ? Il y a du bruit, lorsque l’atmosphère est traversée, Quelle hauteur ? quelle densité ? Le son que j’entends s’amalgame aux formes comme celles adéquates que calcule l’ingénieur des ponts et chaussées pour une traversée optimale du paysage. Sur la roule, maintenant, LA TRAJECTOIRE se dessine tendue vers un point : le centre de la cible, son élan a été donné, elle fi le au milieu du paysage, idéale elle est pourtant affectée par le relief, pulvérisée en petits segments qui immédiatement la recomposent, sa belle continuité est alors reconstruite, pénétrant l’air par glissement continu propulsée dans le vide, elle est un simple mouvement dans l’espace sans fi n en souvenir de la cible.
Anne Pesce. 
Vence, Novembre 2012.

Anne pesce née en 1963. Elle vit et travaille à Vence
www.annepesce.eu

1. Conversation avec Cézanne, édition Macula.
2. Spinoza, L’éthique, Troisième partie : De l’origine et de la nature des passions. 

Découvrez le guide en ligne : www.de-lart.org

Haut de page