Exposition

ANNE PESCE // Sunrise Sunset, Années new-yorkaises – Hors-les-murs : Château de Tourrettes

Exposition Hors-les-murs du dimanche 28 août 2016 au mercredi 5 octobre 2016 au Château de Tourrettes   « De 1992 à 2016, j’ai écrit pour à chaque fois renouveler mes intentions. Les redites, les répétitions alourdissent la lecture mais j’y tiens, il était nécessaire de ne pas cesser la saturation. L’espace dans le temps. New-York, la […]

Exposition Hors-les-murs du dimanche 28 août 2016 au mercredi 5 octobre 2016 au Château de Tourrettes

 

Anne Pesce NY #8 2013 Huile sur toile libre 70 x 100 cm

Anne Pesce
NY #8 2013 Huile sur toile libre 70 x 100 cm

« De 1992 à 2016, j’ai écrit pour à chaque fois renouveler mes intentions. Les redites, les répétitions alourdissent la lecture mais j’y tiens, il était nécessaire de ne pas cesser la saturation.

L’espace dans le temps. New-York, la promesse de la coïncidence.

Peindre à New-York, terre de l’expressionnisme abstrait, …m’éprouver.

C’est en voyageant, dans le temps d’une trajectoire dessinée dans le paysage que je suis peintre.

En 1993 je passe un mois sur un navire des TAAF le «Marion-Dufresne» dans l’océan indien entre les Territoires des Terres Australes et Antarctiques Françaises ( rotation OP 93/4). Puis je vais au Groenland en voilier, m’ installe un an en Islande (Grâce à une bourse de l’état Français, et des résidences d’artiste dans l’Est, l’Ouest et le Sud de l’Islande). Aussi, après un long travail sur les formes des grands espaces me voilà maintenant à la recherche de celles urbaines.

Les premières villes, sont Oslo et Helsinki blanchies par l’hiver, le blanc neutralise et ré-initialise l’espace, je reste proche de la vastitude des reliefs naturels toujours connus sous la neige. Mais le voyage au Japon en 2010 pendant l’été chaud et humide est déterminant, les premiers indices des formes d’un paysage urbain se dessinaient au fil des marches dans Tokyo.

En 2011, 2013, 2014 et 2015 je parcours New-York, je sais désormais que le temps de la marche à pied dessine une ligne fluide qui ne me laisse que les permanences de formes promptes à construire des peintures. Mes heures de voyage filent vers un point : le centre de la cible. L’élan a été donné, ma trajectoire va au milieu du paysage, idéale elle est pourtant affectée par le relief, pulvérisée en petits segments, sa belle continuité est immédiatement recomposée, pénétrant l’air par glissement continu, elle s’étale en forme d’espace qui se dit en heures, minutes et secondes.

…Pour faire de la peinture. La question est:

«Ces formes ont-elles une permanence suffisante telle qu’à travers la répétition du geste et de la touche elles paraissent des masses colorées dont l’amplitude, vide d’objets à illustrer, se comble de l’espace étendu dans le temps, pour devenir alors une surface verticale ?»

..Faire l’expérience du tableau. »


Du dimanche 28 août 2016 au mercredi 5 octobre 2016 au Château de Tourrettes

Haut de page