Exposition

« JE NE TROUVE PAS, JE CHERCHE »

dans le cadre de Conversations Programme des événements associés à l’exposition  « Je ne trouve pas, je cherche » Rencontre entre artistes et universitaires qui aura lieu À L’AVANT-SCENE Pôle Universitaire Saint-Jean d’Angély 24, avenue des Diables Bleus – bât. 1 – 06300 NICE Tél. +33 (0)4 89 88 14 25 – culture-arts@unice.fr En contrepoint […]

dans le cadre de

Conversations

Programme des événements associés à l’exposition

Capture d’écran 2015-01-12 à 14.34.58

 « Je ne trouve pas, je cherche »

Rencontre entre artistes et universitaires

qui aura lieu À L’AVANT-SCENE
Pôle Universitaire Saint-Jean d’Angély
24, avenue des Diables Bleus – bât. 1 – 06300 NICE
Tél. +33 (0)4 89 88 14 25 – culture-arts@unice.fr

En contrepoint à la fameuse citation de Picasso «Je ne cherche pas, je trouve», les artistes et chercheurs de l’exposition Looking for Search s’interrogeront sur la recherche en art et en sciences.

Seront abordés les thèmes suivants :

Méthodes artistiques vs scientifiques 

. les formes (process) de la recherche,

. les protocoles d’expérimentation,

. la validation,

. la réception.

Intervenants

(sous réserve)

. Artistes et chercheurs participants de Looking for Search

. Autres chercheurs ayant répondu à l’appel à participation

. Jean-Marc Levy-Leblond, professeur émérite de l’Université Nice-Sophia Antipolis. Essayiste travaillant à « (re)mettre la science en culture », Jean-Marc Levy Leblond a notamment publié La science n’est pas l’art aux éditions Hermann.

. Paul Rasse, Professeur des Universités en sciences de l’information et de la communication, à l’Université de Nice Sophia – Antipolis ; directeur du Master 2 Professionnel Évènementiel, médiation et ingénierie culturelle, option arts actuels et muséologie à l’Université de Nice Sophia – Antipolis.

. Frédéric Vinot, chercheur à l’Université Nice-Sophia Antipolis, responsable de l’axe de l’action recherche « Dimensions psychiques de l’habiter chez les personnes SDF ».

. Fabienne Fulchéri, directrice de l’Espace de l’art concret de Mouans-Sartoux

. Amel Nafti, directrice des études et de la recherche à la Villa Arson, école nationale d’art à Nice

Programme

1. Art & Science : les langages d’une recherche

– Quelles sont les conditions d’émergence de la recherche ?

Les cadres de formation

– L’école : la formation de l’artiste et celle du chercheur répondent-elles aux mêmes logiques ?

– La construction d’une démarche artistique et d’une démarche scientifique, passent-elle par les mêmes cheminements ? Arts et sciences peuvent-elles avoir le même objet, utiliser les mêmes méthodes et les mêmes modèles ?

2. Conditions d’existence de la recherche : Les contextes de production

– Quels sont les lieux de la recherche : atelier ? Laboratoire ? La recherche a-telle besoin d’être localisée pour progresser ?

– Comment l’artiste ou le chercheur financent-ils leur travail ?

– En quoi ces financements déterminent-ils un “format” de recherche et de production ?

– L’artiste répond-t-il aux mêmes exigences de production que le chercheur ?

– L’artiste et le chercheur avancent-ils librement, sont-ils soumis aux mêmes rapports politiques, économiques, idéologiques ?

3. Conditions de réception : les contextes de diffusion

– Comment communique-t-on la recherche ?

– Artiste et chercheur face à la « vulgarisation » : Expliquer l’oeuvre, expliquer la science, communiquer les démarches, la diffusion des résultats scientifiques et la médiation culturelle, même combat ?

– Comment et pourquoi modifier les cadres de réception de la recherche ?

4. Conditions d’un échange : bienfaits et limites de l’interdisciplinarité

– La dynamique insufflée entre chercheurs et artistes est-elle bénéfique aux deux parties ?

– Les apports de l’interdisciplinarité à l’université: la mise en place d’une confrontation de l’atelier au laboratoire.

– À quelles fins un travail collaboratif entre artistes et chercheurs est-il souhaitable ? Sciences et arts se nourrissent-ils réciproquement ?

5. Artistes chercheurs / Chercheurs artistes

Agir sur le réel, l’artiste et le chercheur, (dés)enchanteurs du monde ?

Peut-il y avoir un critique de science au même titre qu’un critique d’art ?

Parler d’oeuvre scientifique revient-il à esthétiser la pratique du chercheur ? Parler de recherche artistique revient-il à désenchanter la pratique artistique ?

Haut de page