750x400_cc33b691b6c924c190ed9b903fd67c08e976bc90

Depuis 1986, le Musée de la Photographie André Villers s’inscrit dans une démarche de diffusion de l’art contemporain grâce aux jeunes artistes qu’il sélectionne dans le cadre de la programmation de ses expositions temporaires.

L’influence d’André Villers, son créateur, n’est pas innocente dans ce parti pris. En effet, la rencontre d’André et de Pablo Picasso a considérablement influencé la pratique de celui-ci, le guidant vers la photographie plasticienne et notamment le photogramme ou la transfiguration du sujet.

Cette passerelle existante entre la photographie dite classique, et sa consœur s’imprégnant des autres formes d’expression, a constitué pour le musée une voie qu’il n’a cessé d’emprunter.

Ces quinze dernières années, la photographie numérique a fait une irruption remarquée la scène artistique. Pour autant la photographie argentique tient-elle toujours sa place au cœur de les expositions que le musée organise, de même que le documentaire qui a actuellement le vent en poupe.

Visible en permanence au musée, la collection des portraits de Pablo Picasso réalisés par les grands nom de la photographie : Robert Doisneau, David Douglas Duncan, Lucien Clergie et bien sur André Villers dont le propos s’étend au portrait des figures historiques de la peinture des année 50 à nos jours ainsi qu’à son œuvre plasticienne.

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Partager ce contenu